concession de montchanin

Quelques éléments chronologiques de l'histoire de l'exploitation de charbon à Montchanin.

 

1825      Mamby et Wilson, propriétaire de la fonderie du Creusot demande au maire de Saint-Eusèbe de faire des fouilles sur sa commune, dans le secteur du Gratoux (limite actuelle des communes de Montchanin et Saint-Eusèbe).

              1837     Construction de logements de mineurs dans la Grande Rue de Montchanin (Avenue de la République), et construction                 par la fonderie du Creusot du chemin de fer Le creusot-Canal (à traction animale).

24/10/1838     Séparation des concessions du Creusot et de Montchanin.

1838   Après la faillite de Manby et Wilson, création de la Société des Houillères de Montchanin, avec un apport de 1,8 des 2,2 millions de francs du capital par Schneider

                1839:   projet de construction de nouveaux logements ouvriers

ouverture d'une école aux enfans de nos mineurs", et institution d'une caisse d'épargne 

1843   Eglise : A.G. du 1/04/1844: "Voeu de nos ouvriers" concernant la construction d'une église "au centre de nos habitations". Evaluation de 20 000 frs (église et presbytère). "Il serait bien d'amener aussitôt que possible à une solution favorable, un projet qu'interesse à un si haut degré les besoins moraux d'une population qui s'élève déjà à mille âmes  et  augmente  journellement".  "Mais il nous est a paru (SIC) , que malgré la bonne volonté de nos ouvriers a concourrir a l'oeuvre par une retenue sur leur salaire, il etait convenable de chercher à obtenir préalablement du gouvernement une subvention de quelqu'importance... "Nous sommes donc forcés de surseoir jusqu'à la réalisation de ce projet" ..

1847:  agrandissement de l'école ("vaste grenier au dessus du bâtiment de l'école, de plus augmenté de deux logements, l'un pour l'instituteur, l'autre pour l'employé expéditionnaire, logés jusqu'à ce jour dans deux logements d'ouvriers...

"L'église, le presbytère, le bâtiment de l'école augmenté, comme il vient d'être dit, sont terminés entièrement et garnis de leur mobilier" .

1848 : Ch. Avril, alors secrétaire du conseil de la société (il habite Paris), est chargé de la liquidation de la société (gérée depuis 1838 par Schneider).

31/05/1854 : Création de la commune de Montchanin-les-Mines (Montchanin dans les années 1950).

               1857  Construction de fours à chaux par les houillères

04/06/1857 Liquidation de la Société des Houillères de Montchanin et formation d'une société en nom collectif et en commandite. Il y a un associé seul responsable, Avril, et de simples commanditaires dont Ségur d'Aguesseau . La société conserve le même nom, mais avec la raison sociale "Ch. Avril et Cie".

               1858   Construction du « Château Avril » , logement du directeur des houillères. (Charles Avril logeait jusqu'alors au Château de                 la Muette, au Bois Bretoux).

 

                1861     Construction d'une scierie à vapeur par les houillères.

                             Construction de la cité ouvrière des Pisés

1860-64   Construction d'une usine à agglomérer les briquettes (sys. Mazelin) et d'un lavoir à charbon, à la ferme de Parize.

1868 :    fin du marché entre les houillères et le Creusot, consommant alors les 2/3 de I ' extraction.

08/02/1869,    accord Schneider - Avril  :

  • "Article2: Le port du Bois-Bretoux servant à la fois à la tuilerie et à la houillère reste à la propriété de M. Avril dans les termes de la jouissance actuelle ainsi que la maison de garde port et jardin, vis-à-vis de l'administration du canal et sans autre garantie. Le Creusot y maintiendra à l'embranchement actuel aboutissant à sa voie intérieure et continuera à enfaire la traction comme par le passé.
  • Article 8: Pendant une période de 10 ans, M. Schneider reste chargé des transports, par ses vagons (sic), (avec déchargement par ses grues), du port ou de la gare aux établissements de M. Avril et vice versa, des marchandises de toute nature que M. Avril recevra ou expédiera... "

25/03/1869    Vente par liquidation de Ch. Avril et Cie . Les houillères de Montchanin sont acquises par les Etablissements Schneider.

18 janvier 1873:   décret de réunion des mines de houille du Creusot, de Montchanin, Longpendu et de Decize.

1874-75    Construction de nouveaux ateliers . Il semble que les anciens « bureaux » auraient été détruits par des effondrements.

Construction de la « Nouvelle Cité » et des écoles de garçons et de filles .

10/01/1914:   liquidation des houillères. La démolition des bâtiments subsistants est en cours. Bien que convertibles en logements, les bâtiments sont détruits, à l'exception des ateliers et magasin en raison des recherches à venir. Le dépôt de charbon de chauffe à longpendu est supprimé.

Puits de la concession de Montchanin

1834: 3 puits maçonnés dont le puits de la machine, et deux puits au sud et au nord (dont le puits Quétel)

1838-39: extraction par les puits Neuf et de la Machine.

1844: en extraction les puits Neuf, du Bois, de la machine et du Nord, recherches à Saint-Martin.

1845: en extraction les puits Neuf, de la machine et du Nord, de Saint-Martin .

 

Puits du Gratoux

                recherches en 1825, foncé en 1826 à 137 pieds, le long de la route Toulon/Châlon.

Repris en 1837, éboulé en décembre 1837.

Pr. 119 m.

 

Puits de la Machine

Existe en 1834, équipé d'une machine de 12 ch.

Nouvelle chaudière en 1839 .
1838 : 130 pieds, maçonné, machine à vapeur de 12 ch remise à neuf en 1838.

Travaux d'évacuation de stériles en 1843 .

En extraction en 1844. Pr. 80 m environ.

 

Puits Ségur

          Existe en 1860.

                Aérage en 1894.

                Ségur no I        Pr. 134,7 m

                Ségur n02        Pr. 509,85 m

 

Puits Quétel

Foncé en 1833

Annexe du puits Neuf, maçonné, puits d'aérage et d'extraction. Equipé d'une machine de 12 ch.

Etablissement d'une machine à vapeur en 1847.

Aérage en 1894.

Equipement au Ier janvier 1898: machine à vapeur de 10 ch.

Remplace le puits Saint-Vincent pour l'épuisement après sa rupture des câbles-guides en

1909, mais il connaît la même avarie.

Démolition achevée en 10/1913.

                Quétel no 1      pr 94,5 m

                Quétel n02       pr 43 m

 

Puits Neuf

Foncé en 1835 (ou 1828 d'après Guilland), 190 pieds, maçonné, machine à vapeur de 16 ch, en commun avec son puits annexe (puits Quetel). La machine pouvait servir aux deux puits en même temps.

En extraction en 1838-39, en travaux de terrassement (évacuation de stériles) en 1843.

En extraction en 1844. Pr. ?

 

Puits du Nord

Existe en 1841.

En extraction en 1844

 

Puits Saint-Vincent

Foncé en 1875, à 710 m

 Extraction, épuisement, criblage et lavage en 1894.

Equipement au 1 er janvier 1898: machine à vapeur de 40 ch.

Sert à l'épuisement en 1908-09, mais rupture des gables guides.

A désarmer en 1912 - démolition achevée en 10/1913 Pr. 709,55 m

 

Puits Wilson

Foncé en 1826 par J. Cassels Mitchell ou foncé en 1831 (306 pieds, maçonné).

Le deuxième puits est foncé en 1854.1838 : projet d'une machine à vapeur de 16 ch. Le bâtiment et la cheminée sont alors achevés.

Extraction, épuisement, criblage et lavage en 1894.

Equipement au Ier janvier 1898: machine à vapeur de 40 ch, pompe de 3 ch, lavoirs et cribles, forge.

A désarmer en 1912 - Démolition achevée en octobre 1913

Wilson n0 1   Pr. 230,65

Wilson n02    Pr. 197,30 m

 

Puits des Mésarmes

Equipement au Ier janvier 1898: machine à vapeur de 40 ch.

Recherches effectuées en 1908-09.

En mauvais état en 1912, et jugé à remblayer - Démolition achevée en octobre 1913 Pr. 212,5 m

 

Puits Soret

Aérage en 1894.

Equipement au Ier janvier 1898: machine à vapeur de 30 ch.

A désarmer en 1912 - Démolition achevée en octobre 1913 (sauf bât. machine à effectuer). Pr. 201,2

 

Puits Saint-Martin

Foncé en 1839.

Reprise du puits en 1843, en repos depuis 1840. Pr. 45.

Pr. 80 m.

 

Puits du Bois

Foncé en 1838 à 500 m du puits Neuf.

Prévision d'une machine de 16 ch.

En extraction en 1844

. Pr. 107,5 m

 

 

 Puits Sainte-Barbe de Montchanin

               Equipement en 1904-05 ?

               Projet de réexploitation en 1907.

               Installation en 1910 de l'air comprimé.

               Seul puits en extraction en 1908-09, avec installation de compresseurs, d'une                             lampisterie, de l'ancienne machine du puits Saint-Pierre du Creusot, et construction                   d'un chevalement par les atelier Schneider de Châlon/Saône. Le puits était alors                       non guidé. Projet de construction d'une voie ferrée entre le puits et l'équipement de                  triage du Grand Puits. A désarmer en 1912.

 

Puits de la Grille

Foncé en 1855.

Eboulé en 1908.

Démolition achevée en octobre 1913


Puits de la Rigole

Pr. 125 m

Puits foncé en 1861

Pr. 184,60

 

Puits de la Ronce

Pr. 43 m

 

Puits de Recherches

Existe en 1838

                Pr. ?

Puits de la Glacière (non localisé — lieu dit au nord des puits Jumeaux) Pr. ?

Puits de Boulogne

Pr. 70 m

 

Puits Anglais

Pr. 80 m environ

localisation des puits de montchanin

Localisation montchanin

1860

Sap83 1860

explication du dessin ci-dessus

Sans titre 5

puits ste barbe

Puits ste barbe montchanin

un vieux puits

Simonin 25

puits st vincent

822 001

puits wilson

378 001

Ajouter un commentaire

 
×