monuments

Monument aux morts 

Historique :
Le projet d'un monument aux morts remonte à 1916. Bourdelle est choisi pour sa réalisation. Dès 1919, il se fait envoyer des outils et des costumes de mineurs car il souhaite glorifier les morts à la guerre et le métier de mineur. Son monument se compose de plusieurs reliefs. L'ensemble est surmonté par une lampe de mineur qui est, pour lui, le symbole du souvenir des morts pour la patrie éternellement reconnaissante. Cette oeuvre est la dernière du sculpteur.

 

Monument aux victimes de la mine

Ce monument, créé par le sculpteur chalonnais Louis Thivin, choisi lors d’un concours, est implanté place de l’Hôtel de ville. Il comprend quatre sujets principaux, exécutés en ronde bosse, sur chacune des faces d’une pyramide : un mineur et un forgeron , une jeune veuve et son enfant, une représentation allégorique de la Renommée ; au sommet de la pyramide, un chapiteau couronné par le buste de la République. Une commission, regroupant syndicats de mineurs et municipalité, fut créée pour mener à bien le projet et assurer son financement grâce à une souscription (les mineurs collectaient les fonds à la sortie des puits). Sur le socle se trouvent diverses inscriptions : un poème de Clovis Hugues, une plaque ajoutée en 1910 pour dénoncer l’inhumation, sans prévenir les familles, par la société anonyme des Houillères de Blanzy, des victimes du grisou en 1895…

Le but de cette réalisation est d’honorer la mémoire des mineurs morts dans les puits de Montceau-les-Mines en particulier lors des nombreuses catastrophes : par exemple, celle du "Puits 5 sous" (montant de la prime donnée aux mineurs du fait des conditions de travail très dangereuses dans ce puits) le 12 décembre 1867, qui causa la mort de 89 mineurs.

 

Monument Jules Chagot

1890 : création, le 13 juillet, de la commission chargée d’étudier la question de l’érection d’une statue à Jules Chagot, fondateur de la mine de Montceau. Le 27 juillet sont nommés les 82 membres du comité d’organisation uniquement composé d’ouvriers et d’employés de la Compagnie des mines de houille de Blanzy. Ce comité est rejoint par celui constitué dans le même but par les autres habitants de la région. La souscription publique est alors ouverte, et la statue commandée le 15 octobre. 1891 : en mai, les gérants de la Compagnie décident d’élever au pied de la statue à Jules Chagot un monument à la mémoire des ouvriers mineurs victimes des différentes catastrophes qui se sont produites dans les puits, réalisé par le même sculpteur. Le socle est réalisé par Goichot, architecte de la Compagnie. Le groupe de la partie basse est commandé le 9 mai. Inauguration du monument en présence de Mgr. Perraud, évêque d’Autun, de Schneider, député, Léonce Chagot, de Gournay, Boisset, maire de Montceau. Deux jours de festivité succédent à l’inauguration. 1970 : destruction du monument commémoratif aux mineurs et du socle de Jules Chagot. Seules subsistent les deux statues, maintenant conservées au musée de la mine de Blanzy.

Inscriptions sur le piédestal : “A Jules Chagot, les ouvriers et habitants du pays, en témoignage de leur reconnaissance, ont élevé ce monument - 2 août 1891”

 

Monument au docteur Jeannin

Description:

Localisation à l’origine : Montceau-les-Mines, place de l’Hôtel-de-Ville 

Historique

1898 : afin de perpétuer le souvenir du docteur Jeannin, un comité d’action, regroupant ses amis et des élus républicains de la région, est créé après sa mort en janvier. Ce comité ouvre une souscription publique en vue d’édifier un buste et demande sans succès à la municipalité que la rue de Prés, où habitait le défunt, prenne le nom de rue du docteur Jeannin. 1900 : la municipalité ouvrière élue cette année contre la liste de la mine décide dès son installation que la rue Sainte-Marie s’appellera rue du docteur Jeannin et que le buste de l’ancien maire sera élevé sur la place de l’Hôtel de Ville. André Lesne, architecte à Châlon, est chargé du projet de monument ; Jules Rispal est l’auteur du buste en bronze. 1902 : inauguration le dimanche 27 juillet sous la présidence de Ferdinand Sarrien, ancien ministre, président d’honneur du comité et président du conseil général, en présence de Jean Bouveri, député-maire de Montceau, et de Juredieu, président du comité qui remet officiellement le monument à la ville.

 

 Monument aux fusillés et déportés du Bassin minier 

 Inauguré  par le ministre des Anciens combattants, M. Bétolaud le 10 juillet 1949

pour les communes de Montceau, St Vallier, Sanvignes , St Berain , Blanzy, Gourdon

 

Monument aux morts de la mines

Monument élevé par la mine en mémoire des victimes de le mine le 3 aout 1891

Il se situait a droite de l'église 

Aucune information trouvé quand a sa déstruction

 

 

Monument aux morts 

Historique :
Le projet d'un monument aux morts remonte à 1916. Bourdelle est choisi pour sa réalisation. Dès 1919, il se fait envoyer des outils et des costumes de mineurs car il souhaite glorifier les morts à la guerre et le métier de mineur. Son monument se compose de plusieurs reliefs. L'ensemble est surmonté par une lampe de mineur qui est, pour lui, le symbole du souvenir des morts pour la patrie éternellement reconnaissante. Cette oeuvre est la dernière du sculpteur.

 

Monument aux victimes de la mine

Ce monument, créé par le sculpteur chalonnais Louis Thivin, choisi lors d’un concours, est implanté place de l’Hôtel de ville. Il comprend quatre sujets principaux, exécutés en ronde bosse, sur chacune des faces d’une pyramide : un mineur et un forgeron , une jeune veuve et son enfant, une représentation allégorique de la Renommée ; au sommet de la pyramide, un chapiteau couronné par le buste de la République. Une commission, regroupant syndicats de mineurs et municipalité, fut créée pour mener à bien le projet et assurer son financement grâce à une souscription (les mineurs collectaient les fonds à la sortie des puits). Sur le socle se trouvent diverses inscriptions : un poème de Clovis Hugues, une plaque ajoutée en 1910 pour dénoncer l’inhumation, sans prévenir les familles, par la société anonyme des Houillères de Blanzy, des victimes du grisou en 1895…

Le but de cette réalisation est d’honorer la mémoire des mineurs morts dans les puits de Montceau-les-Mines en particulier lors des nombreuses catastrophes : par exemple, celle du "Puits 5 sous" (montant de la prime donnée aux mineurs du fait des conditions de travail très dangereuses dans ce puits) le 12 décembre 1867, qui causa la mort de 89 mineurs.

 

Monument Jules Chagot

1890 : création, le 13 juillet, de la commission chargée d’étudier la question de l’érection d’une statue à Jules Chagot, fondateur de la mine de Montceau. Le 27 juillet sont nommés les 82 membres du comité d’organisation uniquement composé d’ouvriers et d’employés de la Compagnie des mines de houille de Blanzy. Ce comité est rejoint par celui constitué dans le même but par les autres habitants de la région. La souscription publique est alors ouverte, et la statue commandée le 15 octobre. 1891 : en mai, les gérants de la Compagnie décident d’élever au pied de la statue à Jules Chagot un monument à la mémoire des ouvriers mineurs victimes des différentes catastrophes qui se sont produites dans les puits, réalisé par le même sculpteur. Le socle est réalisé par Goichot, architecte de la Compagnie. Le groupe de la partie basse est commandé le 9 mai. Inauguration du monument en présence de Mgr. Perraud, évêque d’Autun, de Schneider, député, Léonce Chagot, de Gournay, Boisset, maire de Montceau. Deux jours de festivité succédent à l’inauguration. 1970 : destruction du monument commémoratif aux mineurs et du socle de Jules Chagot. Seules subsistent les deux statues, maintenant conservées au musée de la mine de Blanzy.

Inscriptions sur le piédestal : “A Jules Chagot, les ouvriers et habitants du pays, en témoignage de leur reconnaissance, ont élevé ce monument - 2 août 1891”

 

Monument au docteur Jeannin

Description:

Localisation à l’origine : Montceau-les-Mines, place de l’Hôtel-de-Ville 

Historique

1898 : afin de perpétuer le souvenir du docteur Jeannin, un comité d’action, regroupant ses amis et des élus républicains de la région, est créé après sa mort en janvier. Ce comité ouvre une souscription publique en vue d’édifier un buste et demande sans succès à la municipalité que la rue de Prés, où habitait le défunt, prenne le nom de rue du docteur Jeannin. 1900 : la municipalité ouvrière élue cette année contre la liste de la mine décide dès son installation que la rue Sainte-Marie s’appellera rue du docteur Jeannin et que le buste de l’ancien maire sera élevé sur la place de l’Hôtel de Ville. André Lesne, architecte à Châlon, est chargé du projet de monument ; Jules Rispal est l’auteur du buste en bronze. 1902 : inauguration le dimanche 27 juillet sous la présidence de Ferdinand Sarrien, ancien ministre, président d’honneur du comité et président du conseil général, en présence de Jean Bouveri, député-maire de Montceau, et de Juredieu, président du comité qui remet officiellement le monument à la ville.

 

 Monument aux fusillés et déportés du Bassin minier 

 Inauguré  par le ministre des Anciens combattants, M. Bétolaud le 10 juillet 1949

pour les communes de Montceau, St Vallier, Sanvignes , St Berain , Blanzy, Gourdon

 

Monument aux morts de la mines

Monument élevé par la mine en mémoire des victimes de le mine le 3 aout 1891

Il se situait a droite de l'église 

Aucune information trouvé quand a sa déstruction